Amélia BELHADJ

posted in bio

Amélia BELHADJ

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Née en 1998 à Drancy, Seine-Saint-Denis, France.
Vit à Lille et étudie à Tourcoing, École Supérieure d’Art du Nord-pas de Calais /Dunkerque-Tourcoing.

A partir d’enregistrement de paroles collectées et de sons ambiants, je réalise des installations participatives et sonores. Je cherche à repositionner  l’humain et le questionner au cœur du dispositif et plus globalement au sein de la société elle-même par un regard critique. Il s’agit, en utilisant une approche sociologique, d’observer l’influence du contexte sur les relations sociales et sur notre environnement, notamment par les nouvelles technologies.

Formation


2020 – 2021 : Préparation du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP). Filière Art.image, Participation au Programme de recherche Arts et Sciences (PRIST). École Supérieure d’Art du Nord-pas de Calais /Dunkerque – Tourcoing, site de Tourcoing / Studio national des arts contemporains.
2020 : Obtention du diplôme national d’art (DNA), à l’École Supérieure d’Art du Nord-pas-de-Calais, site de Tourcoing avec mention.
2019 – 2020 : École Supérieure d’Art du Nord-pas de Calais /Dunkerque – Tourcoing.
2017 – 2019 : École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy, https://www.ensapc.fr/fr/.
2016 – 2017 : Classe d’approfondissement en arts plastiques (CAAP), Gagny.

Expositions

14 > 25.10.2020 : Emergences numériques et sonores, Lumen#5 festival, Maison de la Marionnette, Tournai, Belgique. (proposé par Philippe Franck – Transcultures) http://transcultures.be/2020/10/08/emergences-numeriques-et-sonores-lumen5-festival/.
2020 : Co-existence.s, Galerie commune, École Supérieure d’Art du Nord-pas de Calais /Dunkerque – Tourcoing, site de Tourcoing. Exposition réalisée dans le programme de recherche PRIST, Arts sciences, https://prist-esanpdc.fr/?p=1358, conduit par l’Esä, http://galeriecommune.com/co-existence-s/.
2018 : Exposition Plug-in, Abbaye de Maubuisson, Avenue Richard de Tour, 95310 Saint-Ouen l’Aumône.

Publication

Amélia BELHADJ, Silences Ambiants, in cat. Co-existence.s, Editions de l’École Supérieure d’Art du Nord-pas de Calais /Dunkerque – Tourcoing, p. 100. http://prist-esanpdc.fr/wp-content/uploads/2020/05/catalogue-co-existence.s-inte%CC%81rieur-_-web.pdf

Œuvres choisies

Silences Ambiants, 2020

Les sons parasites nous entourent au quotidien. On peut les considérer comme de la pollution sonore. Il s’agit à la fois des sons des travaux et du trafic automobile mais aussi des sons électromagnétiques émanant de tout appareil électronique, tels que les smartphones ou les écrans publicitaires. Nous ne prenons pas conscience du son de ces appareils car il n’est pas perceptible à l’oreille nue. De plus en plus présent dans notre monde actuel, ce phénomène sonore se manifeste par l’utilisation toujours plus fréquente de nouvelles technologies. Certains redoutent à cet égard « l’hypersensibilité électromagnétique», notion qui renvoie aux inquiétudes portant sur la santé. Dans ce travail, Amélia Belhadj explore ce paysage sonore insoupçonné et tente de le rendre perceptible et audible. Afin, de prendre connaissance et conscience de cet environnement sonore invisible et pourtant bien présent.  Elle est alors partie prendre le « pouls » de plusieurs appareils susceptibles d’émettre des ondes, dans l’espace public, grâce à un capteur spécialisé. La limaille de fer agit ici comme une cymatique, autrement dit une visualisation du son, créant une harmonie entre le son et la matière et invente des formes aléatoires et inédites tout en interrogeant les contextes urbains qui sont les nôtres. 

Réalisé dans le cadre du programme Arts & Sciences, proposé par Prist (programme de recherche images, sciences et technologie de l’École Supérieure d’Art du Nord-pas de Calais /Dunkerque – Tourcoing. https://prist-esanpdc.fr/

Ce projet a bénéficié du soutien de l’Esä dans le cadre de la bourse à projets

Lieux de vide, 2021

Lieux de vide, Capture vidéo, 2021

Lieux de vide est une vidéo qui nous emmène à l’intérieur de différentes habitations en 3D,imaginées d’après le récit de plusieurs personnes, récits collectés par mes soins au téléphone. Je leur ai demandé de me faire état de la relation qu’ils entretenaient avec leur lieu de vie pendant le confinement. Leur témoignage montre que l’espace est ressenti différemment. Comment cet isolement forcé change-t-il nos habitudes et nos perceptions de l’espace ? Des espaces de vie deviennent des lieux clos où le temps reste suspendu. La vidéo donne à voir des espaces vides, ternes et sans visibilité sur l’extérieur afin de mieux percevoir le volume de la pièce et l’enfermement dans celle-ci. Seules les voix viennent habiter les lieux et témoignent de leurs vécus entre ces murs. Le téléphone apporte un grain particulier à ces récits, en insistant sur l’absence de contact traversé par cette période particulière.

La programmation 3d a été réalisé en collaboration avec Florentin Dewulf, ingénieur en génie-civil. Projet réalisé dans le cadre du programme de recherche Prist (programme de recherche images, sciences et technologie) et exposé pendant l’exposition « Dé-réalité – Des réalités » à la Galerie Commune de Tourcoing, 36bis Rue des Ursulines, http://galeriecommune.com/de-realite-realites/ avec le soutien de l’université Polytech’Lille.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.