Julie DEWEERDT

Née en 1996 à Fort-de-France, en Martinique.

 

Vit à Roubaix – Étudie à Tourcoing, à École Supérieure d’Art du Nord-Pas-de-Calais Dunkerque-Tourcoing, site de Tourcoing.

 

Nous nous isolons. Nous sommes immergés dans nos écrans. Ceci peut paraître contradictoire alors que nous recherchons à communiquer. La communication artificielle qui se développe tend à donner l’illusion d’une communication réelle.

Mon travail plastique entend mettre en avant les modifications de comportements humains à l’ère numérique.

 

Formation :

2015 – 2016 : MANAA – Maestris, Etablissement d’enseignement supérieur, Lille.

2016 – 2019 : École Supérieure d’Art du Nord-Pas-de-Calais Dunkerque-Tourcoing, site de Tourcoing.

2019 : DNA École Supérieure d’Art du Nord-de-Pas-Calais Dunkerque-Tourcoing, site de Tourcoing.

2019 – 2021 : Préparation du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP).  Filière Ar+image, École Supérieure d’Art du Nord-de-Pas-Calais Dunkerque-Tourcoing, site de Tourcoing.

Expositions :

2016 : Exposition initiée par le Rotary club, Lille.

2017 : Exposition Flash, Galerie 36bis, École Supérieure d’Art du Nord-pas-de-Pas-Calais Dunkerque-Tourcoing, site de Tourcoing.

2018 : Air Fictions, Galerie Commune, Pôle Arts Plastiques, Tourcoing. Exposition réalisée dans le cadre du programme de recherche PRIST, Arts et Sciences, conduit par l’Esä en partenariat avec le Labex CaPPA, physique et chimie de l’atmosphère. Du 28 février au 15 mars 2019. Pièce présentée : BrainOn, installation bois, écran, verre, 120 cm.

Publication :

Julie Deweerdt, « Brain On », Air Fictions, Éditions de l’École Supérieure d’art du Nord-pas-de-Calais, Tourcoing, 2019, p 36

 

Description de la pièce BrainOn

Cette boite de forme cubique de 80 x 80 cm est conçue avec une ouverture en dessous et sur un des côtés pour permettre au spectateur de venir placer sa tête et une partie de son buste à l’intérieur de l’objet. Son corps paraît alors devenir le socle tandis que d’un autre point de vue l’oeuvre semble devenir la tête et donc le cerveau de l’individu. À l’intérieur de cette boite plusieurs éléments participent a l’illusion. Un écran placé au dessus du spectateur, main- tenu par des tasseaux en bois peints.

Puis en face du spectateur une plaque de plexiglas inclinée à 45° pour laisser apparaitre de manière optimal un hologramme. Sur chaque face pleine et verticale sont installés des miroirs pour per- mettre une réflexion infini de l’espace. Le tout soutenu par des pieds en acier incliné de 1,45m donnant l’im- pression d’un équilibre incertain. L’oeuvre devient un Espace de Réflexion dans L’espace d’exposition.

L’installation se compose d’un écran scindé en deux films, le premier enregistre la combustion, d’abord celle d’une allumette produisant une flamme vive, puis celle d’une cigarette, ensuite une fumée épaisse se propage avec par- fois la vue d’une partie du corps pour ne pas oublier notre présence. La seconde vidéo intervient dans l’installation comme un hologramme, un cerveau en feu. Le spectateur est invité à observer l’intérieur de l’objet en entrant sa tête dans le dispositif, constitué de miroir sur chaque côté l’espace semble s’étendre à l’infini. Le reflet du visage parait se superposer sur l’hologramme, impliquant la participation de l’Homme au système.

Cette flamme d’une esthétique certaine, devient le pont entre l’humain et l’air qu’il respire, celui qui remplit ses poumons et oxygène son cerveau. L’installation se présente ainsi comme le symbole de nos modes de consommation. J’ai utilisé le feu, élément récurrent dans l’histoire de l’art, car il présente la particularité d’évoquer autant la création que la destruction, la banalité, qu’une extraordinaire menace.

C’est un outil qui contient la force mais aussi la menace. Utilisé au quotidien pour cuisiner, fumer ou parfois se chauffer il participe à la création d’une pollution invisible, in- colore parfois inodore mais loin d’être sans impact.

Il renvoie aussi plus largement à l’ère industrielle responsable de la pollution. L’allumette se consomme comme nous sommes invités à consommer des biens.

 

 

Julie Deweerdt BrainOn, Installation numérique, 2019. Exposition Air Fictions, Galerie Commune, Esä, Tourcoing.
Julie Deweerdt BrainOn, Installation numérique, (détail), 2019. Exposition Air Fictions, Galerie Commune, Esä, Tourcoing.
Julie Deweerdt Expérimentions plastiques, masques en latex, 2018.
Réalisation de BrainOn avec l’aide de Stéphane Cabée, Esä, 2018.
Julie Deweerdt BrainOn, Installation numérique, (détail), 2019. Exposition Air Fictions, Galerie Commune, Esä, Tourcoing.
Julie Deweerdt Impression 3D d’un cerveau, réalisé au MeulLab, Condition Publique, Roubaix, 2018.
Julie Deweerdt Expérimentation photographique sur l’évolution de la matière, 2017.
Julie Deweerdt Vidéo présentée dans l’installation BrainOn. Exposition Air Fictions, Galerie Commune, Esä, Tourcoing.
Julie Deweerdt Test mapping 2019
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.